Acid Rain Prevention

James Landry delves into the dangers and causes of acid rain in Northern New Brunswick. Along the way, he also highlights the ways in which our industrial processes could prevent their current toxic emission levels.

Targeting the effects of Sulphur Dioxide (SO2) and Nitrogen dioxide (NO2) emissions, Mr Landry also discusses proper industrial monitoring procedures.

The Belledune thermal generating station and the Fraser Pulp Mill’s "Lagoon" and cogeneration station are his example sites.

 

 

bluered.gif (1701 bytes)Feedback from readers, on this article / Rétroaction
des lecteurs concernant le présent article

Pluies acides

J.A. Landry
fevrier 1998

epuis que l'on parle de "pluies acides" ou de précipitations acides, ce qui comprend les dépôts acides humides (pluie, neige, grêle) et secs, les scientifiques constatent les méfaits grandissants de ce phénomène planétaire considéré excessivement grave.

Les dépôts acides (humides et secs) se trouvent dans les zones industrielles qui produisent des émissions d'anhydride sulfureux SO2 et d'oxydes d'azote (NOx), ainsi que dans les régions qui se situent en aval de ces zones par rapport au vent.

Ce sont les vents dominants qui règlent leur parcours, même sur de vastes distances. Dans l'est de l'Amérique du Nord, ces vents proviennent surtout de l'ouest et du sud-ouest. La technologie moderne dispose des techniques nécessaires pour opérer les industries avec une réduction appréciable des émissions de SO2 et de NOx qui permet de limiter l'ampleur des dégâts à venir.

============
Sans air sain, la vie n'existerait pas sur terre.
============
Tree leaf / Feuille
(Photos: Jimmy Brown)

Dans l'est du Canada, les principaux secteurs qui sont menacés par les précipitations acides sont la pêche sportive, le tourisme et l'industrie forestière.

La centrale thermique de Belledune comprend trois stations de surveillance placées à différents endroits dans les secteurs de la centrale, soit Belledune, Pointe Verte et Jacket River. Ces stations ont été installées deux années avant que la centrale commence ses opérations. Ainsi il a été possible de comparer et de vérifier si le plan thermique de Belledune a eu un effet sur la qualité de l'air de la région de celle-ci.

Allons nous pouvoir en dire autant de l'usine de cogénération de la Fraser Paper à Edmundston, pour laquelle aucune étude d'impact environnemental n’a été faite. Comme nous le savons bien, après que les installations sont en place, il est pratiquement impossible de changer quoi que ce soit. Nous en avons la preuve avec le fameux "Lagon" de Fraser. Depuis bien des années, des gens se plaignent des multiples méfaits de ce Lagon où rien n'a changé et ne semble vouloir changer.

L'atmosphère ne peut pas accumuler tous les déchets toxiques sans arrêt. Il y a une limite à ce que nous pouvons rejeter dans l'air. Le besoin de contrôler et de minimiser la pollution de l'air est de plus en plus évident. Les précipitations acides menacent notre environnement fébrile.

Sans air sain, la vie n'existerait pas sur terre. C'est aujourd'hui qu'il faut penser à demain...