Polluted Northern NB

In 2003, northern New Brunswick was selected as the ideal place for a business to establish an incinerator that would burn toxic waste. 

Citizens living in the Baie-des-Chaleurs rallied their effort to oppose to the proposed project.

Since then, the fairy tale vision they had of their own community has turned into a nightmare!

Contamination of the school playground and various private properties are some example of the pollution impact that has been discovered through the process. 

The lack of government response to correct the environmental state of Northern New Brunswick has been pathetic.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Related Websites:
Site Internet pertinents:

Stop Bennett

CCNB

Coalition retour à l'expéditeur

NBEN~RENB

 

Le nord est déjà trop pollué

Florian Lévesque
Environnement Vie
Novembre 2005

n 2003, je travaillais pour le Comité organisateur des Jeux d'hiver du Canada. Quand des visiteurs des autres provinces arrivaient à mon bureau et me parlaient des beautés naturelles du territoire que j'habite, je n'hésitais pas à vanter encore plus la richesse écologique de ma région. J'avais même une petite phrase fétiche que j'aimais bien utiliser : " La Baie-des-Chaleurs est le secret touristique le mieux protégé du Canada. "

==========
"Je voulais protéger l'intégrité du territoire contre une pollution " à venir."
==========


(photo: La Voix du Restigouche)

En juillet 2003, la vision idyllique que j'avais de la Baie-des-Chaleurs en a pris tout un coup. J'ai assisté à une réunion d'information d'une compagnie qui cherche à établir un incinérateur de déchets toxiques sur notre territoire. Cela a déclenché en moi un sentiment de crainte qui m'a immédiatement jeté dans les rangs des opposants à ce projet. À ce moment, je voulais protéger l'intégrité du territoire contre une pollution " à venir. " Quelle ne fut ma surprise de découvrir l'ampleur de la contamination environnementale du Nord du Nouveau-Brunswick. Depuis ce temps, je et la population de notre région, découvrent avec inquiétude les dégâts qui ont été causés sur notre territoire. Jusqu'à présent, on a découvert de la contamination dans les cours d'école. Des propriétés sont polluées dans certaines municipalités de la région.

Pourtant, face à ce constat, il est aberrant de constater l'indifférence des gouvernements dans de tels dossiers. Le gouvernement de Bernard Lord est d'un pathétisme incroyable dans le domaine de l'environnement. Dans la grande région de Belledune, on en est au point où on constate que les citoyens sont affligés des diverses maladies, dont le cancer à des taux qui dépassent les normes provinciales. Le ministère de la Santé a consenti à effectuer des études, mais, au delà des envolées verbales du ministre et des affirmations de son ministère, nous savons que les études qui sont en cours n'apporteront pas de réponses à certaines interrogations cruciales.

==========
"À mon avis, la pollution dont nous sommes les témoins et les victimes annonce une crise majeure sur la seule planète que nous pouvons habiter
"
==========


(photo: La Voix du Restigouche)

On peut imaginer la situation de la façon suivante. Le capitaine Robichaud est sur le pont du navire. Il sait que le danger provient de bâbord, mais il pose sa longue-vue à tribord, faisant semblant de chercher le problème tout en affirmant que les pirates ne doivent pas être craints. Les matelots sur le navire qui assiste à cette scène ont l'impression que le capitaine est de connivence avec les pirates qui ont pollué notre environnement. D'ailleurs quand on fouille les nombreux documents et études qui portent sur la contamination de notre territoire, on ne peut faire autrement que de constater que le gouvernement du Nouveau-Brunswick et celui du Canada sont parfaitement au courant de la situation de la pollution dans le Nord de la province et de la Baie-des-Chaleurs.

De façon générale, on peut conclure que les études ont souvent tendance à minimiser la situation ou à dévier l'attention sur des sujets moins susceptibles de contentieux. Quant à la diffusion de l'information auprès du public, on peut dire que la discrétion est toujours de mise pour les institutions gouvernementales ou les entreprises qui pourraient être responsables de la contamination.

À mon avis, la pollution dont nous sommes les témoins et les victimes annonce une crise majeure sur la seule planète que nous pouvons habiter. J'ai souvent l'impression que notre société agit comme un somnambule qui marche lentement et inexorablement vers le précipice. Il faudra bientôt ouvrir les yeux et notre conscience, sinon la chute sera brutale.

Si nous devenons conscients des dommages causés à l'environnement par l'industrie, les gouvernements et nos comportements de consommateurs jamais assouvis, je crois que nous pourrons sauver notre vie sur la planète. Sinon, ce sera tant pis pour nous. Nous mériterons ce qui nous arrivera.