Fire / Feu


english

 


(photo: RENB-NBEN)

 

 

Célébrer la Terre:
Développer une passion créative pour le changement

par Mary Ann Coleman
Coordinatrice du RENB
mai 2000

 

élébrer la Terre"; le Jour de la terre du RENB représentait une étape nouvelle pour cette organisation. Nous avons volontairement entrepris d’établir des liens avec une autre communauté, celle des artistes et des musicien(ne)s. La pensée sous-jacente à cette entreprise était ceci: alors que les activistes en environnement s’efforcent de changer notre société, les musicien(ne)s et les artistes, qui sont souvent intéressé(e)s aux thèmes écologiques, sont ceux qui construisent notre culture. Pourtant, les deux groupes ne se rencontrent jamais. Le but de l’activité du Jour de la terre était d’offrir l’occasion de bâtir des relations entre ces deux groupes.

Pendant que l’on travaillait avec les artistes et musicien(ne)s pour planifier l’événement, de nouvelles idées faisaient surface. Plusieurs dans la communauté artistique croyaient qu’il fallait s’éloigner des rassemblements où les gens participent à des ateliers et ne font que parler. Ils sentaient que cela avait été fait et que ça ne changeait pas vraiment la société. Ils voulaient essayer quelque chose de nouveau et croyaient qu’une nouvelle direction à explorer pour nous serait la créativité afin de faire avancer la cause environnementale. C’est pourquoi nous avons organisé une journée basée sur la musique, l’art et la danse.

------ Eventements Theâtre ------

(photo: RENB-NBEN)

Et qu’est-ce qui s’est passé? De mon côté, j’ai beaucoup appris. Je fus témoin d’une journée qui s’est avérée attrayante pour les gens et plus d’une centaine de personnes y ont participé. La foule était composée de plusieurs personnes qu’on ne voit pas "régulièrement" aux événements environnementaux. Durant la cérémonie de l’aube, Donna Perley introduisit le concept de "faire tout simplement attention" à la terre et aux rivières et que cela ferait une grande différence. C’est ce concept qui a cimenté la journée. Ils furent touchés par les mots des autres durant le cercle de la parole. Ils ont écouté Herménégilde Chiasson avec attention et ils furent renversés par la recherche d’Inka Milewski qui démontrait le lien entre le déclin du saumon et la "soupe chimique" dans laquelle ils vivent.

------ Cercle de la parole ------

(photo: RENB-NBEN)

À midi, nous nous sommes dirigé(e)s vers la promenade de bois pour célébrer avec tambours l’arrivée du mascaret. Deux femmes des Premières Nations se joignirent aux joueurs de tambours avec un chant et furent imitées par d’autres qui chantaient et dansaient, accompagnés par le ronflement d’un didgeridoo. De retour à l’intérieur, les musicien(ne)s improvisaient pour accompagner une célébration de la rivière par un groupe de danseuses du ventre. Un groupe d’artistes fit une belle murale de la rivière; les Petitcodiac Riverkeepers (les sentinelles de la rivière) vont lui trouver un "foyer" public cet été. Et notre but fut atteint; que les gens développent des liens solides entres eux alors qu’ils s’exprimaient d’une manière créative et célébraient les rivières.


(photo: NBEN-RENB)

Il est à espérer que lors du prochain Jour de la terre, nous viendrons tous y danser!