Air



Environmental
education, a choice for every day

Environmental education has been around since the 1970s. In 1972, at the First World Conference on Human Environment held in Stockholm , environmental education had been described as a key element for our future.  Since then, many international meetings have followed.  In her book “Pour une éducation relative à l’environnement “ Lucie Sauvé proposes a significant definition of environmental education.

It is only by changing our individual values when we hope to change the actual situation, and it is with first-hand experience with real environmental issues when individuals can integrate a lasting ethic with regards to the environment. 

How can we apply an environmental ethic in our daily lives?  Do we do all that we can?  Do we live according to our environmental values?  Has environment become a school subject forgotten once the exam is finished? 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Éducation relative à
l'environnement : 
un choix d'éducation de tous les jours


Géraldine Arsenault,
Irving Eco-Centre

Le 18 mars 2003

orsqu'on m'a demandé d'écrire un article pour le magazine Éléments sur l'importance de l'éducation relative à l'environnement et des activités de sensibilisation à la nature, j'ai tout de suite pensé…" Pas de problèmes, ça sera facile! " Quelle erreur! Synthétiser un domaine si vaste dans quelques lignes est pratiquement impossible! L'article que je vous offre parle des origines de l'ERE, sa définition...et pose quelques questions qui nous porteront à réfléchir.

 jeune nats
(photo: Irving Eco-Centre)

L'éducation relative à l'environnement (ERE) proprement dite a vu ses débuts à l'aube des années 70, même si une sensibilisation au monde naturel se faisait depuis déjà un bon bout de temps à travers des parcs nationaux et des cours de sciences naturelles. C'est seulement à partir des années 70 qu'on a véritablement entamé une sensibilisation et une éducation envers les enjeux et les défis environnementaux de la planète. Les pluies acides, la couche d'ozone, l'effet de serre, l'impact des déchets radioactifs, du déversement de déchets toxiques dans les océans et le réchauffement climatique sont devenus de plus en plus partie des connaissances collectives grâce aux efforts de sensibilisation de groupes et d'individus éveillés et engagés.

En 1972, lors de la première Conférence mondiale sur l'environnement humain tenue à Stockholm, on a souligné l'importance de l'ERE comme " élément clé de notre avenir à tous. " Ensuite il y a eu d'autres conférences mondiales qui touchaient les sujets de l'ERE et du développement durable (Belgrade,1975; la Déclaration de Tbilissi, 1976; le rapport Bruntland, 1987; le programme Action 21 , 1992). Les rencontres nationales et internationales au sujet de l'ERE continuent afin de sensibiliser le plus de monde possible sur notre petite planète. Et l'an dernier, les Nations Unies ont décidé qu'en 2005 débuterait la Décade internationale de l'éducation pour le développement durable.

On associe souvent l'ERE aux écoles, c'est-à-dire dans un cadre formel (système scolaire, collégial, universitaire…), mais l'ERE peut également être pratiquée dans un contexte non formel, c'est-à-dire au sein d'organismes qui ne sont pas liés au systèmes éducatifs sanctionnés par l'état (groupes environnementaux, clubs de naturalistes, parcs et sites naturels, groupes communautaires etc.)

Lucie Sauvé
(photo: Chaire de recherche du Canada)

Lucie Sauvé :
Chaire de recherche du Canada en
éducation relative à l'environnement
Université du Québec à Montréal


Dans son livre " Pour une éducation relative à l'environnement ", publié en 1994, Lucie Sauvé a proposé la définition suivante de l'ERE : "L'éducation relative à l'environnement (ERE) est une dimension intégrante du développement des personnes et des groupes sociaux et qui concerne leur relation à l'environnement. Au-delà de la simple transmission de connaissances, elle (ERE) privilégie la construction de savoirs collectifs dans une perspective critique. Elle vise à développer des savoir-faire utiles associés à des pouvoir-faire réels. Elle fait appel au développement d'une éthique environnementale et à l'adoption d'attitudes de valeurs et de conduites imprégnées de cette éthique. Elle privilégie l'apprentissage coopératif dans, par et pour l'action environnementale."

Cette définition a une allure compliquée jusqu'à ce qu'on la décortique un peu. La première partie : " …l'ERE est une dimension intégrante du développement des personnes et des groupes sociaux qui concernent leur relation à l'environnement… " : en d'autres mots l'ERE peut faire partie de notre développement et de la façon que nous percevons le monde qui nous entoure, notre milieu de vie ou notre environnement immédiat. Notre contact direct avec cet environnement façonne un peu la relation que nous avons avec elle.

Ensuite elle ajoute " …Au-delà de la simple transmission de connaissances, elle (ERE) privilégie la construction de savoirs collectifs dans une perspective critique. ". L'ERE n'est donc pas seulement une transmission des connaissances biologique, chimique et physique à propos des problèmes environnementaux, mais un encouragement à l'utilisation de ces connaissances afin de se construire une opinion et de regarder les problèmes ou défis environnementaux avec un oeil critique et sous tous ses angles.


Jeunes Nats chasse au tresor
(photo: Irving Eco-Centre)

La prochaine section : " … Elle (l'ERE) vise à développer des savoir-faire utiles associés à des pouvoir-faire réels. " concerne la construction d'habiletés, ou de savoir-faire. En d'autre mots il ne suffit pas de seulement transmettre des connaissances et de développer des esprits critiques, mais il s'agit plutôt de donner les outils qu'il faut pour passer à des actes… réalistes et réalisables dans les communautés, les régions ou plus loin encore.

Ensuite sa définition ajoute : " ...Elle (l'ERE) fait appel au développement d'une éthique environnementale et à l'adoption d'attitudes, de valeurs et de conduites imprégnées de cette éthique. " Nous possédons tous un code d'éthique qui nous dicte comment agir dans la société… c'est ce qui nous permet de faire la différence entre ce qui est bien et ce qui est mal. Dans le domaine de l'environnement, l'ERE peut aussi donner l'outil d'un code d'éthique environnementalle qui façonnera en quelque sorte notre façon d'agir et nos valeurs envers l'environnement. La compétence en éthique environnementale s'acquiert à travers des années d'exposition à des modèles (des personnes) qui ont adoptés un code d'éthique pro-environnemental ainsi qu'à travers les choix et les questionnements de valeurs personnelles de l'apprenant.

La dernière partie de la définition de Sauvé se lit comme suit : " …Elle (l'ERE) privilégie l'apprentissage coopératif dans, par et pour l'action environnementale. ". Afin d'assurer un réel apprentissage en ERE, les projets coopératifs pour l'environnement sont ce qu'il y a de mieux pour immerger les personnes dans le bain environnemental. Lorsqu'on travaille en équipe vers un même but (par exemple : solutionner un problème environnemental spécifique), l'apprentissage est plus complet que si nous nous en étions tenu qu'à des concepts théoriques.

Donc toute cette théorie est bien belle… mais comment l'appliquons-nous dans notre vie de tous les jours? Je ne peux pas vous dire que c'est facile, mais je peux affirmer que c'est essentiel à la qualité de vie future dans notre province, notre pays et notre planète. Afin d'avoir le goût de protéger et de passer à l'action pour l'environnement dans nos communautés, il faut d'abord être touché et sensibilisé par ce qui nous entoure. L'ERE, avec ses outils multiples, nous permet d'espérer toucher assez de gens pour faire une différence. Il faut sensibiliser les enfants, oui ça je suis d'accord, mais il faut également faire notre propre examen de conscience et ne pas négliger nos responsabilités envers l'environnement que nous léguons à nos enfants : " Est-ce que je fais ce que je peux? Est-ce que je vis selon mes valeurs environnementales? Est-ce que j'ai besoin de réviser mes valeurs? Est-ce que je m'implique dans mon milieu de vie afin d'améliorer le sort de l'environnement? ". Est-ce simplement devenu un thème à l'école qu'on oublie une fois l'examen passé? … ou bien, est-ce devenue partie de la vie étudiante ou de la vie dans ma communauté? Est-ce qu'on en est tannée? Est-ce qu'on aimerait autant pas savoir trop de détails? Ce sont des questions peut-être difficiles à répondre mais déterminantes pour les gestes que vous choisirez de poser plus tard.


(photo: Irving Eco-Centre)

Donc l'ERE au quotidien c'est autant dans nos choix de vie tous les jours, que dans notre apprentissage et nos prises de positions par rapport aux problèmes environnementaux. Je vous souhaite une bonne réflexion… et un cheminement en ERE des plus constructifs!