Survol

Toute une controverse est née de trois billots d’érable coupés il y a trois ans sur les terres de la couronne. L’action de la scie mécanique de Thomas Peter Paul a en effet eu énormément de répercussion au niveau national. Le jugement du juge Turnbull dans cette cause stipulait que les autochtones n’avaient jamais renoncé à la possession des terres de la couronne.

Suite à cette cause, il se pourrait que les autochtones aient des droits sur les terres de la couronne, notamment en ce qui a trait à l’exploitation forestière. Les néo-brunswickois ont donc comme tâche de réconcilier le passé des sociétés micmac et malécite à des objectifs sociaux légitimes, tels la conservation de la ressource et la justice économique et régionale.

Dans ce dossier, le Conseil de conservation met de l’avant des suggestions permettant de respecter les droits des autochtones, la justice économique et la conservation des forêts. Une entente développée par les Premières nations et le gouvernement provincial pourrait préciser les objectifs de conservation, les licences et le partage des redevances. Une telle entente, où les communautés s’engageraient pleinement dans le processus de décisions, pourrait mettre la foresterie au Nouveau-Brunswick sur la voie du respect écologique et de la justice.