Ecological conscience

"…we all are responsible for our actions. 

We can personally minimize our negative impact on the environment … and promote the beneficial effects rising from our activities and our purchases..".

In this article, Marc-André Villeneuve tells us how easy and possible it is, to live a greener life.

La conscience écologique

 

   Marc-André Villeneuve
   Club d'ornithologique du Madawaska
   août 1999

 

j.gif (234 bytes)e suis devenu activiste écologique et syndicaliste au fur et à mesure que j’ai pris conscience de l’effort de destruction massive de l’environnement et du tissu social, par le pouvoir de la violence et de l’argent. En effet, tout est lié: écologie, économie et société font partie d’une seule et même réalité. Privilégier un des trois pôles par rapport aux deux autres conduit inévitablement à une catastrophe.

reuse.jpg (19185 bytes)
(photo: NBEN-RENB)

C’est pourquoi il faut constamment travailler à rétablir l’équilibre. Les forces en présence sont gigantesques, mais des individus motivés et des organismes impliqués peuvent beaucoup. On n’a qu’à penser, au niveau écologique, à Greenpeace, au Sierra Club, au Wold Wildlife Fund et aux Verts, en Europe, pour ne nommer que ceux-là. Mais il y a urgence en la demeure, surtout avec l’avènement de la mondialisation qui rend les économies instables, anarchiques et voraces.

Le " Penser globalement, agir localement " de Mme Bruntland ou encore le " Small is beautiful " de E.F.Shumacher, nous ramènent à des dimensions humaines. Le développement durable doit rencontrer les besoins actuels sans compromettre la capacité des générations futures de rencontrer les leurs. Il implique que les économies répondent équitablement aux nécessités humaines et qu’elles extraient les ressources ou produisent des déchets en ne dépassant pas la capacité régénératrice de l’environnement.

Tout ça peut paraître intellectuel, mais le principe est fort simple:  nous sommes tous responsables de nos actions. Nous pouvons minimiser personnellement notre impact négatif sur l’environnement ainsi que sur l’ensemble de la société, et promouvoir les effets bénéfiques découlant de nos activités et de nos achats. Il est possible d’y arriver en se fixant des objectifs réalistes et réalisables: diminuer sa vitesse au volant, réutiliser et récupérer tout ce qui est possible, éviter les emballages superflus et la surconsommation, mais aussi s’entraider, partager, se renseigner et respecter le vivant.

C’est ainsi qu’à partir de l’observation des oiseaux, j’ai pris conscience que sans protection du milieu, la vie n’est plus possible. Depuis, j’essaie modestement, tous les jours, d’agir avec respect, même si ce n’est pas parfait. C’est devenu un mode de vie, un simple changement de comportement. Je sais aussi que nous sommes des millions à agir ainsi et que ça fait déjà toute la différence.