Fire / Feu


theme


Let’s not be gullible!  Toxic waste incinerators are dangerous!

Since when does burning toxic materials not produce pollution?  Experts have already expressed doubts and residents of Ontario have refused such a project in their backyard.  The majority of the population rejects this project. 

Why would our politicians agree to this project without an environmental study and in spite of the people’s protests? 

 

Ne nous laissons pas endormir - le projet de Bennett est dangereux

Louis Levasseur, MD, secrétaire et 
Michel Goudreau, président
Environnement Vert Plus,
Coalition retour à l'expéditeur
Octobre 2003


Il est assez renversant de constater à quel point des intérêts économiques à court terme peuvent engendrer chez une poignée de personnes une étroitesse d'esprit et un refus de prendre en considération les préoccupations légitimes du plus grand nombre. Le cas du projet d'incinération de déchets toxiques à Belledune en est un exemple pour le moins éloquent

Le projet de Bennett Environnemental inc. est bel et bien basé sur l'utilisation d'un incinérateur; cela a été confirmé en 1998 par un expert lors de la commission Munger commandée par le Ministère de l'Environnement du Québec concernant l'implantation d'une usine de Bennett au Saguenay. Et l'incinération demeure la principale source d'émission de produits hautement toxiques. Certains de ces produits s'accumulent dans le corps humain causant cancer, dysfonction du système immunitaire, maladies du système nerveux, etc. Après seulement 1 an d'exploitation de l'usine de Bennett au Saguenay, la direction de la Santé publique a mesuré des quantités non négligeables d'arsenic, de cadmium et de plomb, tous des produits toxiques pour l'environnement et la santé humaine. Ceci devrait faire réfléchir ceux qui croient à la supposée destruction de 99,9999 %des polluants qui a d'ailleurs déjà été mis en doute par la commission Munger. Les gens de l'Ontario ont bien compris cela et ont massivement empêché la réalisation d'un projet semblable par la compagnie Bennett à Kirkland Lake en Ontario.


(photo: Coalition retour à l'expéditeur)

Et, le débat sain quant au mérite du projet, ce sont les personnes qui participent au processus d'évaluation (comité de liaison) qui l'ont occulté. On a délibérément choisi d'ignorer l'opinion d'experts scientifiques qui ont sonné l'alarme face au taux élevé de contamination qui existe déjà dans la région de Belledune, mais on a préféré croire aux données incomplètes, inexactes et douteuses de l'étude d'impact financée et payée par la compagnie Bennett. On a écarté du processus d'évaluation le seul groupe environnementaliste (Bathust Développement Durable) qui commençait à soulever des questions pertinentes, mais on a préféré croire aux prétendues mesures prises par les instigateurs du projet pour tenir compte des menaces réelles que ce projet fait peser sur l'environnement. De plus, aucune consultation publique en bonne et due forme n'a été tenue pour demander aux citoyens si c'est vraiment ce genre de projet qu'ils désirent pour faire prospérer leur région sur les plans économiques et touristiques.


(photo: Coalition retour à l'expéditeur)

La grande majorité des citoyens des deux rives de la Baie-des-Chaleurs s'oppose avec raison à la réalisation d'un tel projet. Des dizaines de milliers de personnes ont signé une pétition en ce sens et des dizaines de municipalités et d'organismes du Nouveau-Brunswick et du Québec ont adopté une résolution contre la construction de cet incinérateur. Les citoyens se tournent de plus en plus vers les entreprises qui offrent des perspectives de développement durable, qui sont respectueuses de l'environnement et de la vie. Mais les politiciens que nous avons élus restent indifférents.

Si Belledune, dans sa recherche bien légitime de prospérité économique, choisit de faire entrer par la grande porte ce type d'industrie polluante (et l'on sait que des projets de recyclage de pneus et de centrale au charbon sont aussi prévus), nous nous permettons de faire une suggestion : l'établissement d'un centre de recherche sur le cancer. Car le nombre de personnes qui en seront atteintes au cours des prochaines années risque d'être de plus en plus élevé!