Fire / Feu


English version

Our Bounty of Biodiversity at Risk

Notre Diversité Risquée:

Monique Breau,
Assistant au Projet,
Campagne Sauvons Nos Océans
Octobre 1998

"La mer se replie sur elle-même, mystérieusement. On peut la regarder et la regarder à nouveau mais le mystère qui l’habite ne la quitte jamais."   -Carl Sandburg

d.gif (371 bytes)ans le cadre de l’Année internationale des Océans, la campagne Sauvons Nos Océans du CCNB (Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick) va aider à fournir une vue d’ensemble de l’état de nos côtes, de la côte nord et de la côte acadienne du Nouveau-Brunswick. Dans le passé, le travail du CCNB était plutôt axé sur la Baie de Fundy. À travers cela, nous avons acquis une bonne connaissance des pressions que subit cet écosystème marin. L’attention doit maintenant être portée sur la côte nord et la côte acadienne du Nouveau-Brunswick, incluant la Baie des Chaleurs, le port de Bathurst, la Baie de la Miramichi, le Détroit de Northumberland. Ces côtes, qui font toutes partie des côtes sud du Golfe Saint-Laurent, n’ont pas reçu beaucoup d’attention et les problèmes qui s’y trouvent sont pressants. Notre recherche a déjà débuté.

save our seas logo.JPG (6415 bytes)
(photo:Conservation Council of N.B.)

Pour moi, ces côtes sont spéciales pour leurs douces plages sableuses et leurs dunes, et bien sûr pour leur belle eau. Les oiseaux de mer éparpillés sur la plage à la marée basse constituent un paysage tout à fait pittoresque. Je suis toujours émerveillée de voir un grand héron bleu. On peut encore aller à la pêche aux coques sur les plages de l’île de Shédiac, ce qui se fait de moins en moins. Il y a toujours une compétition entre nous à savoir qui va pêcher la plus grosse ou qui va en pêcher le plus grand nombre. Combien longtemps encore pourrons-nous pratiquer cette belle activité ???

Quelques Problemes...

L’industrie des mines est une source significative de pollution. Le « Brunswick Mining and Smelting No. 12 », une mine de plomb et d’azote près de Little River (à 21 km au sud-ouest de Bathurst) a eu des problèmes avec de l’eau acidifiée contenant des métaux. Il est difficile de se débarrasser de cette eau sans contaminer l’eau de Little River. Little River coule directement dans le port de Bathurst. Une fois dans la rivière, les métaux causent une réaction chimique avec l’environnement marin et produit de l’acide sulfurique. Cet acide est dangereux pour les poissons et les animaux benthiques (ex. : escargots, palourdes, vers, crabes, homards, etc.). La mine a établi des étangs de traitement avec bactéries qui se nourrissent des contaminants de l’eau jetée. Après qu’une mine cesse ses opérations, les contaminants peuvent rester dans l’environnement plusieurs années.

Une autre source de pollution dans la Baie des Chaleurs a été le « Smelter » de Belledune (usine de plomb et d’engrais). Il est très difficile de mesurer les effets de ce type de pollution sur les organismes vivants. Donc, nous n’avons pas d’idées précises sur les effets à long terme de la pollution de cette industrie sur la santé humaine. L’eau usée de cette industrie contient des métaux toxiques, tels le cadmium qui a déjà causé dans le passé la fermeture de la pêche au homard au port de Belledune. Les émissions de gaz contiennent du dioxyde de sulfate, du plomb et du cadmium. Des efforts ont été faits pour réduire ces contaminants dans les émissions. La cause de contamination se trouve dans l’eau contaminée de métaux et dans les pipes défectueuses du système de recyclage d’eau de l’usine. Pour y remédier, l’usine a remplacé ses pipes en 1989. Les émissions de l’usine sont maintenant filtrées et recyclées. D’autres technologies aident à contrôler les émissions. Ces efforts ne sont cependant pas suffisants puisque le sol et la végétation entourant l’usine, où les métaux se sont accumulés, sont encore très contaminés.

Mon-plants.GIF (8424 bytes)
(photo:Huntsman Marine Science Centre)

==========
La faune benthique
==========

Une troisième source de pollution de la côte nord vient de l’usine « CIL Limited Chlor Alkali », à Dalhousie. Cette industrie produit du chlore et de la soude caustique utilisés par les compagnies de pâtes et papiers. Le processus comprend le passage d’une solution salée au-dessus de cellules de mercure. Entre 1976 et 1987, 5327 kg de mercure ont été rejetés avec de l’effluent (un liquide complexe qui est un sous-produit d’activités humaines), des émissions polluantes, des déchets solides et des produits industriels ont été déchargés dans la Baie des Chaleurs. Le mercure est une substance très toxique qui peut endommager le système central nerveux des enfants et des adultes. Il est prouvé que le mercure peut aussi s’accumuler dans la faune et la végétation marine. En tout cas, les niveaux de mercure ont été réduits entre 1973 et 1987 lorsque le gouvernement et l’industrie ont décidé d’agir. D’autres méthodes utilisées pour se débarrasser des matériaux contaminés consistent à entreposer les déchets dans des sites d’enfouissement ou à les déverser dans des égouts. Néanmoins ces efforts ne sont pas suffisants car il y a encore des montants significatifs de contaminants qui s’échappent dans notre environnement.

mon-fish.gif (4555 bytes)
(bitmap:Conservation Council of N.B.)


L’industrie de pâte et papiers est une des plus grosses sources de pollution marine de cette région. Les usines des côtes nord et acadienne sont les suivantes : Tembec (Atholville), Bowater (Dalhousie), Stone Consolidated Inc. (Bathurst) et REPAP (Miramichi). L’environnement est agressé par des effluents liquides, des émissions gazeuses et des déchets solides contaminés. Ceux-ci se dégradent dans notre environnement marin, diminuant notre qualité d’eau, l’état des habitats aquatiques et des eaux côtières. Ceux-ci ont aussi des effets sur les populations de poissons, causant des déficiences d’oxygène. Ces déficiences à leur tour causent des changements dans le comportement, la croissance, la nage, la respiration, la fécondité, la résistance à la maladie et l’alimentation des poissons. Le dépôt de ces composants dans l’environnement résulte cause la suffocation des animaux benthiques et des organismes invertébrés (ex. escargots, palourdes, vers, crabes, homards, etc.). Ceux-ci peuvent aussi dérégler l’habitat des poissons. Le processus de blanchissage au chlore, quand il est utilisé, précipite la bio-accumulation de dioxines et de composants toxiques dans les organismes vivants. Cela peut provoquer la stérilité, des mutations et d’autres changements génétiques. Les émissions gazeuses de cette industrie peuvent causer des problèmes respiratoires chez les êtres humains.

Selon la réglementation fédérale sur la pêche, un progrès substantiel a été fait dans l’industrie des pâtes et papier quant à la réduction des niveaux de pollution (ex. : solides suspendus, des effluents toxiques, des dioxines et des émissions gazeuses). Il y a encore beaucoup de place pour des améliorations. Le Nouveau-Brunswick est en grande partie délimité par l’eau et nous pouvons tous ressentir les effets de la pollution marine. Dès aujourd’hui, nous devons être beaucoup plus critiques en ce qui concerne le déversement dans nos eaux côtières…

toxic.gif (4335 bytes)

Les Initatives de CCNB

Le rapport sur la côte nord et la côte acadienne du Nouveau-Brunswick du CCNB va appronfondir ce dossier. Nous allons essayer de placer ces questions dans le contexte des communautés qui dépendent, économiquement aussi bien que culturellement, de l’environnement. Nous allons aussi souligner les démarches prises en ce moment pour adresser ces questions. Finalement, nous allons faire des suggestions afin d’assurer la santé future de ces belles et uniques côtes nord et acadienne de la province. Ce rapport est financé par le Fonds environnemental du Nouveau-Brunswick. Le rapport sera publié en mars 1999.


Références :

Eaton Peter B., Alan G. Gray, Peter W. Johnson and Eric Hundert.1994. State of the Environment in the Atlantic Region. Environment Canada Atlantic Region.

White, Louise and Frank Jones. 1997. Marine Environmental Assessment of the Estuary and Gulf of St. Laurence. Fisheries and Oceans Canada.