For
English

 

 

 

 

 

Pour plus de renseigne-
ments:

 

 


Dr.
Wayne Fairchild

Ministère des Pêches et des Océans
Région des Maritimes
Centre des pêches du Golfe

343, rue Archibald
C.P. 5030
Moncton
(N.-B.)
E1C 9B6
Tél.: (506) 851-2056
Fax: (506) 851-2079

www.dfo-mpo.
gc.ca

/communic/

backgroun/
back_f.htm

_____

Dr. Scott Brown

Environnement Canada
Institut national de recherche sur les eaux

867, chemin Lakeshore
C.P. 5050
Burlington, ON, L7R 4A6
Tél.: (905)
336-6250
Fax: (905)
336-4420

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


" Dans une rivière donnée, a expliqué M. Fairchild, nous avons découvert une association entre la quantité de Matacil®1.8D épandue en 1977 et le nombre de saumons ayant remonté la rivière deux années plus tard. Plus l’arrosage était intensif, plus faible était la montaison ".

 

 

Une Étude Laisse
Supposer un Lien
Entre L’Utilisation de Produits
Chimiques et la Chute des Populations
de Saumons Sauvages

   Wayne Fairchild,
   Ministère des Pêches et des Océans

   7 janvier, 1999

 

l.gif (280 bytes)e rapport publié récemment d’une étude menée par des chercheurs du ministère des Pêches et des Océans (MPO) et d’Environnement Canada a révélé que l’usage de produits chimiques dans le passé pourrait avoir eu un effet sur les populations de saumons sauvages dans la région de l’Atlantique. L’étude démontre en effet un lien entre l’usage de produits chimiques et la survie des saumons, ce qui constitue un autre facteur dont il faut tenir compte au moment d’évaluer la viabilité de la ressource.

s1.gif (23028 bytes)
(Photo: http://ceres.ca.gov/)

Wayne Fairchild (Ph.D.), Jacqueline Arsenault et Erin Swansburg, du Centre des pêches du Golfe (MPO), à Moncton (Nouveau-Brunswick), ainsi que Scott Brown (Ph.D.), de l’Institut national de recherche sur les eaux d’Environnement Canada à Burlington (Ontario), ont étudié les liens historiques entre l’arrosage des forêts dans la région de l’Atlantique et les montaisons subséquentes de saumons dans les rivières locales, échelonnées sur une période de dix ans, soit de 1975 à 1985. Ils s’inquiétaient du fait que l’un des insecticides utilisés dans le programme d’arrosage de cette période, le Matacil®1.8D, contenait de fortes concentrations d’un composé appelé nonylphénol4 (NP4). D’après des études menées en laboratoire, ces nonylphénols, qui sont classifiés comme des dérégulateurs endocriniens (EDC), sont connus pour leur toxicité sur les invertébrés et les poissons et aussi pour leurs effets oestrogéniques. Cette étude permettra de mieux comprendre les EDC et leurs effets dans l’environnement.

Au printemps de 1997, l’équipe a commencé à comparer les données provenant des cartes des zones d’arrosage fournies par le Service canadien de la faune, des rapports annuels du Forum sur la répression des ravageurs forestiers et d’autres rapports d’activités de surveillance du gouvernement provincial avec les données sur les montaisons du saumon atlantique provenant des rapports du MPO et des rapports du Comité scientifique consultatif des pêches canadiennes dans l’Atlantique. " Dans une rivière donnée, a expliqué M. Fairchild, nous avons découvert une association entre la quantité de Matacil®1.8D épandue en 1977 et le nombre de saumons ayant remonté la rivière deux années plus tard. Plus l’arrosage était intensif, plus faible était la montaison ". On a également remarqué en 1977 une mortalité de smolts anormalement élevée. Cette mortalité massive laisse fortement supposer que là où il y a eu arrosage de Matacil®1.8D, il y avait proportionnellement une plus grande mortalité des smolts.

 En outre, seize rivières de Terre-Neuve et du Nouveau-Brunswick exposées à l’arrosage entre 1973 et 1990 ont été évaluées, et les résultats indiquent que, dans un nombre impressionnant de cas, les plus faibles prises de saumons coïncidaient avec les activités d’arrosage de Matacil®1.8D. En 1980, le Matacil®1.8D a été éliminé progressivement des bouillies de pulvérisation destinées aux forêts du Nouveau-Brunswick et il a été remplacé par le Matacil®1.8F, un composé chimique ne contenant pas de NP4. On n’a trouvé aucune relation importante entre l’arrosage du Matacil®1.8F et les montaisons de saumons. Par ailleurs, l’étude a également démontré un lien entre l’utilisation du Matacil®1.8D et les prises d’aloses d’été au Nouveau-Brunswick.

Le saumon atlantique est un poisson anadrome au cycle biologique très complexe. Les œufs sont déposés en eau douce dans des nids reposant sur les fonds de gravier, de la fin octobre au début novembre. Après l’éclosion, le saumon passe par quatre stades toujours en eau douce : alevin vésiculé, alevin, tacon et smolt. Ce processus prend de deux à trois ans. Après avoir atteint une certaine taille, le tacon subit une série de changements physiologiques afin de s’adapter à l’eau de mer; on l’appelle alors smolt. Les smolts vivent dans des mouilles ou à l’embouchure de la rivière avant de descendre vers la mer, en mai ou juin. Une fois qu’ils ont quitté le bassin hydrographique de la rivière, il est très difficile de suivre leur cheminement. Après une année ou plus en mer par contre, le saumon atlantique revient à sa rivière natale pour y frayer.

Le Matacil®1.8D a été utilisé comme insecticide pour contrôler les dommages provoqués par la tordeuse du bourgeon de l’épinette. Il est logique de penser qu’une dose, unique ou répétitive, est capable d’atteindre de nombreuses rivières à saumons, entre la mi-mai et la mi-juin, selon l’année et la période de l’arrosage puisque celui-ci se fait en fonction du stade de développement des larves de la tordeuse, qui varie d’une région à l’autre. Après l’arrosage, on estime que les concentrations du NP4 n’étaient pas assez élevées pour tuer instantanément le saumon, mais qu’elles pourraient avoir eu des effets oestrogéniques sur lui. Les chercheurs ont réalisé que l’arrosage coïncidait avec les derniers stades du développement du smolt, et lorsqu’ils se sont penchés sur cette période de référence, les effets sur les populations de saumons sont devenus évidents.

" Le caractère unique de cette étude sur les effets du Matacil®1.8D, c’est qu’il existe très peu d’exemples à partir desquels nous pouvons prouver les effets d’un produit chimique sur des populations de poissons sauvages ", a déclaré M. Fairchild. Les études typiques menées sur les EDC étaient concentrées sur le système reproductif des poissons. Notre étude examine plutôt les effets des EDC sur la smoltification. Et, malgré le fait que ce produit chimique a un impact sur l’hormone endocrinien, ses effets réels ne visent pas le système reproductif comme on pourrait s’y attendre. "

Les chercheurs devaient ensuite répondre à deux autres questions : le nonylphénol affecte-t-il réellement le saumon atlantique? dans l’affirmative, est-il mortel ou ses effets sont-ils plus subtils? Au printemps de 1998, une étude pilote a été menée à partir de la Station biologique de St. Andrews (MPO) pour déterminer les effets du NP sur la smoltification. Les résultats préliminaires étaient affirmatifs : les concentrations de NP peuvent nuire au processus de smoltification, ce qui fait que certains saumons ne survivent pas à la transition du milieu dulçaquicole au milieu marin. Cette étude sera reprise l’an prochain; on examinera les diverses concentrations et leurs effets. On tentera plus précisément de déterminer de quelle façon le NP4 affecte le processus de smoltification, un processus influencé par les changements hormonaux qui surviennent dans le poisson.

Bien que le Matacil® 1.8D ne soit plus en usage dans les programmes d’arrosage des forêts, les niveaux de NP4 qui étaient observés dans les cours d’eau des forêts après l’arrosage se retrouvent aujourd’hui dans les effluents des usines de traitement des eaux usées et d’autres effluents industriels. Il s’agit souvent d’un produit de dégradation des nonylphénols oxyéthylés (NPE). Les NPE sont utilisés dans les produits de nettoyage domestiques et industriels, les peintures et les pesticides, ainsi que dans des procédés industriels tels la fabrication de pâtes et papiers, la fabrication de produits textiles et de produits pétroliers et le traitement du cuir. Bien que de nombreux pays dont le Canada se penchent sur les niveaux de NPE dans l’environnement, il est peu probable que l’on aboutisse rapidement à une solution ou à un produit de rechange en raison de ses nombreux usages. Les nonylphénols figurent dans la Liste des substances d’intérêt prioritaire no 2 établie en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, ce qui devrait favoriser la réglementation de leurs usages futurs. Quant aux saumons atlantiques, si l’impact sur la smoltification est dû au potentiel oestrogénique du NP4, alors de nombreux autres composés chimiques à effet endocrinien présents dans l’environnement pourraient également être importants.

Grâce à des fonds du MPO et d’Environnement Canada, l’équipe de recherche poursuivra ses efforts pour déterminer les effets possibles de composés chimiques oestrogéniques tels que le NP4 sur les smolts de saumon. Outre l’étude en laboratoire susmentionnée, les chercheurs se pencheront sur les niveaux d’exposition des poissons dans l’environnement. Des poissons seront maintenus à divers endroits dans les rivières, près de sources ponctuelles éventuelles et dans des lieux de référence, afin de déterminer les effets de composés chimiques oestrogéniques, tels les NP4, sur les smolts du saumon. Les chercheurs de Pêches et Océans Canada (W. Fairchild, J. Arsenault, K. Haya, L. Burridge) et d’Environnement Canada (S. Brown, D. Bennie, J. Sherry) uniront leurs efforts à ceux de chercheurs de l’Université du Manitoba (J. G. Eales) et de l’Université du Nouveau-Brunswick, campus de Saint John (D. McLatchey), pour aborder cette question importante.