Fire / Feu

 

Future Transport... Hidden in the Past

What would you say if we told you, we had discovered that several solutions to the problems of energy and transport had been already been discovered or invented during the first part of the last century?

Ronald’s article is for all those interested in the problems surrounding renewable energy production and effective, non-polluting transport.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


==========

"Brown ont observé une 
«brillance sombre», une sorte de «ceinture noire rayon-
nante» qui entourait les objets soumis à de telles décharges"

==========

 

 

Transports futurs
cachés dans le passé


Ronald Fournier,
président du Clearinghouse Group et propriétaire de
l'entreprise "Negentropy Farms - Ferme Néguentropie"
mars 2000

 

ue diriez-vous de découvrir que plusieurs
solutions aux problèmes de l’énergie et des transports ont déjà été trouvées
durant la première partie du siècle dernier?


(photo: clipart)

Je viens vous inviter à ramasser et à dévorer le livre de Gerry Vassilatos, « Lost Science ». Ce livre fut publié par Borderland Sciences Research Foundation, dont voici l’adresse : P.O. Box 220, Bayside, CA, 95524, USA.

Tous ceux et celles intéressé(e)s par la problématique entourant la production d’énergie renouvelable et les transports efficaces et non polluants seront certainement surpris(es) de constater que plusieurs découvertes et inventions reliées à cette problématique ont été reléguées aux oubliettes. Comment cela se peut-il? Selon la recherche effectuée par Gerry et plusieurs autres, il semble évident que les familles et individus qui contrôlent les grandes industries (pétrole, fabricants, etc.) ont été en mesure de détourner, de décourager et même de cacher ces projets fructueux. Selon l’auteur, les gros joueurs américains, ce qu’il appelle « old money – les gros riches de longue date », ont réussi entre les deux guerres mondiales à infiltrer et à contrôler (en personnel et en argent) les instances décisionnelles (surtout militaires) qui réglementent l’utilisation et l’accès à ces technologies.

Un bon exemple au niveau de la production et de la distribution de l’énergie serait évidemment les travaux et la recherche effectués par Nikola Tesla. À lui seul, cet homme a fait l’objet de plusieurs livres; la plupart dénoncent le mauvais traitement qu’il a subi et la répression de ses nombreuses découvertes et inventions. Puisque le présent thème d’Éléments porte sur les transports, je vais vous parler surtout de Thomas Townsend Brown. Je veux tout de même souligner que Tesla avait aussi fait des expériences très intéressantes en matière de transport. Il décrivait un aéronef plus lourd que l’air qui était complètement supporté et poussé par des énergies électriques, sans hélices et sans jets. Parmi plusieurs, un homme âgé, fils d’un exploitant de ranch, décrivait à l’auteur ce que son père avait observé un soir à quelques milles de la station expérimentale de Tesla, à Colorado Springs. Il a vu Tesla se promener sur une plate-forme, entourée par un effet coronal de couleur violet à environ 30 pieds au-dessus du sol. Il semble que Tesla aimait bien se promener la nuit, dans les airs, pendant des heures au-dessus de la campagne. Sa machine était uniquement alimentée par une de ses inventions, le « Magnifying Transmitter », dont la portée n’avait pour ainsi dire aucune limite, sans pollution et presque sans bruits. En bout de ligne, Tesla a gardé pour lui-même plusieurs de ses inventions lorsqu’il a fini par comprendre que le gouvernement américain et les grandes compagnies avaient intérêt à ignorer, ridiculiser, et même faire disparaître ces types d’inventions parce qu’elles risquaient de remplacer partiellement et complète- ment les industries d’exploitation du pétrole et autres animaux du même genre. Ces industries ayant déjà établi un contrôle important dans les milieux académiques, il semble que les soi-disant chercheurs en milieu universitaires passaient une bonne partie de leur temps à essayer de dénigrer et de ridiculiser la recherche effectuée par d’autres chercheurs indépendants.


(photo: T.T. Brown site)

============

"... un jeune
rêveur en Ohio,
Thomas
Townsend
Brown.,
se penche sur
les possibilités
de voyager
dans
l’espace..."

============

Alors que Tesla se heurte au « mur » industriel, un jeune rêveur en Ohio, T.T. Brown, se penche sur les possibilités de voyager dans l’espace. Je ne peux pas ici aborder les détails de sa recherche. Il suffit de savoir que dès l’école secondaire, il avait observé que les décharges électriques faisaient bouger les tubes à vide (tubes électroniques). Pendant plusieurs années, même s’il fut parfois ridiculisé par de soi-disant « académiciens informés », il avait réussi à construire des systèmes permettant de se transporter eux-mêmes tout en produisant leurs propres décharges électriques.

Ce qu’il avait observé et ensuite mis à profit, c’est qu’avec des décharges électriques suffisamment puissantes, non seulement les tubes électroniques se déplaçaient, mais que l’espace entourant le tube se déplaçait également avec le tube. Tout comme Tesla l’avait fait et rapporté, il fit des centaines d’expériences démontrant que l’espace immédiat qui entoure une puissante décharge électrique démontre des « forces réactives spéciales ». George S. Piggot (juillet 1920) avait conçu, construit et utilisé une machine électrostatique incroyablement puissante, et il avait observé des effets électrogravitationnels puissants. Durant ces décharges électrostatiques, Tesla, Piggot et maintenant Brown ont observé une « brillance sombre », une sorte de « ceinture noire rayonnante » qui entourait les objets soumis à de telles décharges. J’ai déjà observé, à quelques reprises, un tel phénomène de très courte durée en faisant du soudage à l’arc électrique.

Encouragé par de tels phénomènes, Brown continua à augmenter la taille des objets déplacés par les décharges électrostatiques. Avec de plus grandes décharges, la « ceinture noire » augmentait et causait une distorsion dans l’espace environnant. Plus tard, avec l’avènement de la Deuxième Guerre mondiale, des événements étranges se produisirent à une base navale de Philadelphie. Durant les décharges électriques incroyablement intenses utilisées pour souder les grosses plaques de métal des coques de bateau, les travailleurs à l’intérieur de la zone immédiate commencèrent à souffrir de problèmes psychologiques. Encore plus intrigant, les outils laissés dans la zone de soudage, s’ils étaient trop proches de la zone de décharge intense, « disparaissaient » (sans farce!). Les autorités militaires étaient totalement désemparées. Elles firent appel à des scientifiques qui formulèrent différentes théories saugrenues. C’est seulement lorsqu’on fit venir Thomas Brown qu’il put leur expliquer ce qui se passait réellement. La distorsion spatiale causée par les immenses décharges électrostatiques était suffisamment large pour happer les objets non attachés situés à l’intérieur de la zone en question. Les objets disparaissaient littéralement dans la distorsion spatiale en question. Où ils allaient, nul ne sait.

Chose certaine, c’est que les autorités militaires étaient tout à fait emballées par le potentiel « destructif » d’une telle technologie. D’entrée de jeu, Brown devint immédiatement inquiet des intentions militaires. Il décida de ne pas leur déclarer tous les résultats de sa recherche et de ses nombreuses expériences en laboratoire. Il accepta cependant, lorsqu’on fit appel à son sens de patriotisme, de travailler avec la « Navy » américaine pour utiliser cette technologie pour « cacher » les vaisseaux. Les rendre invisibles en les entourant d’un écran d’espace « déformé ». Encore une fois, à cause du manque d’espace, j’ajouterai seulement (et pour vous donner le goût de lire le livre en question) que la recherche mena à la mise en œuvre d’un tel « écran spatial ». Lorsque le vaisseau disparut plus ou moins sur l’eau, on croyait avoir trouvé la solution. Cependant, même si l’expérience n’avait duré que quelques minutes, les matelots en dehors de la zone sécuritaire sur le vaisseau furent tous sérieusement atteints sur le plan psychologique. Certains d’entre eux qui étaient proches de l’écran spatial furent tellement stressés dès la mise en marche qu’ils ont même tenté de sauter par-dessus bord pour disparaître immédiatement dans la distorsion spatiale. Comme l’indique Vassilatos, c’est d’ailleurs cet incident qui servait, il y a quelques années, à inspirer le film de science-fiction « The Philadelphia Experiment ».


(photo: T.T. Brown site)

========

Thomas
Townsend
Brown

========

Brown refusa de continuer; il percevait maintenant que les militaires aimeraient bien se servir de cet aspect de la technologie pour anéantir des villes entières, etc. Plus tard, lorsqu’on lui demanda de travailler sur l’utilisation de ces distorsion spatiales et sur la propulsion électrogravitationnelle, il finit par comprendre que les forces armées avaient déjà maîtrisé ce genre de propulsion. Elles cherchaient tout simplement à découvrir si, en effectuant sa propre recherche, il avait trouvé un moyen de protéger les humains (pilotes) situés à l’intérieur d’un tel vaisseau ou aéronef contre les effets de la forte distorsion spatiale. Bien qu’il eût trouvé un tel moyen, il décida de ne pas partager ses résultats. Étant satisfaits qu’il n’avait pas réussi, les examinateurs des forces armées commencèrent immédiatement à lui expliquer que cette technologie ne fonctionnait pas vraiment, que la théorie était mauvaise et que ça ne mènerait à rien. Puisqu’il était très avancé dans son travail et qu’il avait déjà réussi à faire voler de petites « soucoupes volantes » grâce à l’énergie électrogravitationnelle, il comprit vite que la Marine américaine (et probablement les autres sections des forces armées) maîtrisait déjà cette technologie et qu’elle essayait tout simplement de s’assurer que Brown abandonnerait sa recherche et ses expériences.

Ça veut dire qu’avant ou au même moment où l’on commençait à causer une plus grande pollution atmosphérique par les essais d’envol de fusée, surtout déclenchés par la réussite soviétique avec Spoutnik, la technologie existait déjà pour faire des envolées avec des aéronefs à propulsion électro- gravitationnelle, sans pollution, sans stress sur les occupants et ayant une portée quasi illimitée! On parle d’envolées, mais le même principe s’applique tout aussi bien aux navires et aux automobiles. Brown avait démontré à plusieurs reprises que les déplacements s’effectuaient sans friction puisque l’espace entourant ces véhicules se déplaçait également; donc, aucune friction, aucune résistance.

Je regrette, et en même temps j’espère vous laisser suffisamment en appétit pour faire votre propre recherche à ce sujet. Chose claire, c’est qu’en voulant contrôler l’accès à la nouvelle frontière spatiale, les militaires ont virtuellement mis de côté un mode de transport écologiquement sain et l’accès à une énergie propre quasi illimitée. Vous comprendrez donc que l’effet indirect d’une telle décision a été de soutenir et d’élargir le contrôle des grosses corporations pétrolières et des autres industries qui utilisent ce pétrole...

Bonne lecture et bonne recherche.